Accueil


Une partie de ce que nous faisons échappe à notre rationalité,  et notre besoin de contrôle. Nos comportements deviennent parfois « étranges »,  « inattendus » et  « incompréhensibles ». Des émotions négatives nous envahissent, sans raison apparente : colère, tristesse, angoisse ou peurs démesurées. Sur le moment, nous apprenons à « faire avec », jusqu’au jour où elles nous empêchent de vivre. Il convient alors, de prendre du temps pour soi et de prêter attention. Quelque chose cherche à s’exprimer en nous.

Je propose de développer cette capacité d’écoute de soi en pratiquant une thérapie dynamique. Celle-ci s’appuie sur la psychanalyse active, le théâtre thérapeutique (le psychodrame morénien), et la sophrologie.

Quels sont leurs principaux apports ?

  • la psychanalyse active s’appuie sur l’interaction entre l’analysant et le psychanalyste. C’est une exploration des processus inconscients, des conflits internes, et d’écoute des émotions.
  • le psychodrame : la thérapie par le jeu théâtral, la spontanéité, et l’action.
  • la sophrologie : une pratique pour écouter son corps, se connecter à ses ressentis et utiliser le pouvoir des images ou des métaphores.

Depuis 7 ans à Issy-les-Moulineaux, je pratique une thérapie « ouverte », non dogmatique, et vivante. J’ai construit mon approche dynamique avec mes patients, en leur donnant la parole, et en leur permettant de dire ce qui était bon pour eux. Et j’en ai tenu compte.

Permettre au patient de comprendre son histoire n’est pas un but, mais une étape d’un parcours d’évolution qui intègre des choix personnels et des nouvelles actions.

Je suis membre fondateur de la Fédération Professionnelle de Psychanalyse