Les idées reçues

« La psychanalyse, c’est très intellectuel. » La psychanalyse active est centrée sur les souvenirs émotionnels et leur activité actuelle. Il n’y a pas de connaissances requises. Le thérapeute s’exprime avec les mots de tous les jours.

« La psychanalyse, c’est long, voire interminable. » Non, le travail a une fin. Il dépend de la capacité du patient à prendre conscience de ce qu’il ne comprenait pas et d’agir autrement, s’il le désire.

« La psychanalyse, c’est très cher. » Non, le prix d’une séance se situe dans la moyenne des séances pratiquées dans d’autres types de thérapie.

« La psychanalyse, c’est toujours sur un divan. » Non, les séances sont la plupart du temps réalisées en face à face. Toutefois, le divan peut être utilisé lors d’une séance.  Le psychanalyste propose aussi des séances plus actives avec la technique du psychodrame individuel.

« La psychanalyse, c’est pour des problèmes existentiels de fond, pas mes soucis de boulot. » Non, la psychanalyse peut vous aider à comprendre ce qui se joue ou se re-joue dans la relation que vous avez avec vos collègues et la place qui est la vôtre dans votre activité.

« La psychanalyse, c’est un psychanalyste silencieux. » Non, le psychanalyste s’exprime et intervient pour activer les résonances, sans jugement.

Les commentaires sont clos.